Elections françaises : les marchés fébriles mais pas paniqués

À quelques jours des élections en France, les signaux envoyés par les marchés sont contradictoires. Il ne reste plus que deux jours pour que les investisseurs se positionnent sur les résultats du premier tour. Et l’impression qui se dégage, c’est qu’ils ne savent pas vraiment quoi faire. On sent une certaine fébrilité mais pas vraiment de panique, ni de mouvements majeurs.

LE CAC SOUS PERFORME, UN PEU...

Certes le CAC a un peu décroché mais il reste accroché tout de même aux 5000 points et sa sous performance par rapport aux autres indices européens n’est pas flagrante. Même la volatilité sur le CAC, la mesure de la nervosité du marché, est certes en hausse mais elle est loin de ses records annuels.

PAS DE SCÉNARIO CATASTROPHE POUR LES MARCHÉS

Est-ce que ça veut dire que les marchés ne craignent pas de scénarios catastrophes. Selon le Financial Times, les marchés pricent à 11% la possibilité d’un second tour Le Pen-Mélenchon, le scénario considéré comme plus inquiétant pour les investisseurs, mais à 13% la possibilité qu’aucun des deux candidats ne soient au second tour. Donc non. Le marché ne price pas de scénario catastrophe. C’est particulièrement visible sur les taux de la dette française qui ont glissé et se traitent ce matin autour des 0.90% alors qu’ils avaient largement dépassé les 1% il y a quelques semaines. Et c’est peut être ce calme relatif sur la dette française qui est le plus surprenant.

PAS DE TENSION SUR LA DETTE FRANÇAISE

La baisse des taux des emprunts d'état français est en partie due au fait que la part détenue par les investisseurs étrangers a chuté. Cette part est au plus bas depuis 10 ans. Moins de 60%. Depuis quelques mois, les non résidents ont vendu de la dette française. En partie du fait de l’incertitude politique. Et en face c’est surtout la Banque centrale européenne, à travers la Banque de France, qui a accru la détention de nos emprunts, immunisant partiellement de fait, la dette française de variations trop violentes. Mais tout de même, on a l’impression que les marchés ne sont pas réellement inquiets. Ils sont dans une sorte de neutralité plutôt positive. Prêts à bondir en cas de scénario favorable. Ce n’est malheureusement pas une indication du résultat du premier tour puisque ils étaient exactement dans le même état d’esprit à la veille du referendum sur le Brexit et de l’élection de Trump.

LE FMI N'AIME PAS TRUMP

Après avoir émis un avis positif sur la croissance économique en 2017 et 2018 avec une révision à la hausse des prévisions, le FMI a signalé que la relance Trump pourrait faire dérailler en partie la reprise car elle provoquerait une hausse des taux d'intérêt qui pèserait lourdement sur les groupes américains qui se sont à nouveau endettés pendant ce cycle de taux bas.

MORGAN STANLEY 1 - GOLDMAN SACHS 0

Goldman Sachs avait annoncé des résultats décevants avec, principalement, une baisse des profits de trading sur les marchés de taux. Le lendemain, son rival, Morgan Stanley a annoncé des profits en hausse avec, justement, une hausse de 70% des profits de trading sur les taux. Un jeu à somme nulle.

PAUVRE VENEZUELA. SUITE ET PAS FIN.

Les opposants au régime de Maduro ont envahi les rues de Caracas et des principales villes du pays pour réclamer sa démission.

L'INVERSION DE LA COURBE DU CHOMAGE ?

Avec 5 ans de retard, l'inversion de la courbe du chômage aura peut être lieu. Selon une étude de Pôle emploi analysée par Les Echos, les entreprises envisagent d'embaucher 2 millions de personnes, 150 000 de plus que l'année dernière. Et, autre bonne nouvelle, ces embauches se feront en CDI ou CDD durable. On va finir par voir enfin le chômage baisser. Un peu. Mais on est loin du plein emploi de nos voisins.

CARTE BLANCHE POUR THERESA MAY

Le Parlement britannique l'a autorisée hier, à une très large majorité, à organiser les élections anticipées le 8 Juin. 522 pour. 13 seulement contre. Etonnant de voir que les travaillistes soient si enthousiastes à l'idée d'une élection qui, selon les sondages, devraient les décimer. Aux derniers sondages, les conservateurs auraient 43%, les travaillistes 23%, UKIP 11% et les libéraux démocrates 10%.

L’ÉVÉNEMENT DU JOUR !! POUR TOUT CEUX QUI ENVISAGENT UNE ACQUISITION IMMOBILIÈRE...

Vous avez forcément des questions sur l'investissement immobilier et nous sommes là pour y répondre. C'est pourquoi nous organisons, aujourd'hui, à notre agence parisienne (8ème) notre premier "Forum de l'immobilier". Au programme, une conférence sur la place de l'immobilier dans un patrimoine équilibré, et plusieurs "stands" pour échanger avec nos experts : Stands crédit, SCPI, défiscalisation,... Nos experts répondront à toutes vos questions : Dois-je acquérir ma résidence principale ? Combien puis-je emprunter ? Comment réduire mes impôts avec l'immobilier ? Si vous envisagez de vous lancer dans une acquisition immobilière, vous ne pouvez pas rater cet événement

LE TTSO DE LA SEMAINE : "Ça serait vraiment dommage de tout gâcher (bis)"

Mercredi, sous ce même titre, nous vous parlions des prévisions optimistes du FMI en matière de croissance. Aujourd'hui, nous voudrions attirer votre attention sur la publication par ATKearney de son indice d'attractivité pour les investissements étrangers. Qu'y apprend-on ? Que la France s'y classe au 7e rang mondial, une place de mieux qu'en 2016 et 10 de plus vs 2012 (à l'époque de la taxe à 75%). Nice. Ça serait dommage de tout gâcher (bis). En 2016, on a dénombré 1.117 décisions d'investissements étrangers créateurs d'emplois (nouvelles implantations, d'extensions, reprises de sites). C'est 16% de plus qu'en 2015 (Source : Business France).

ON S'EN FOUT ?

La compagnie Emirates a réduit le nombre de vols vers les États-Unis compte tenu des nouvelles mesures de sécurité imposées par Trump ; Monaco est en demi-finale de la Ligue des champions ; Serena Williams attend un enfant ; Marc Lévy sort un nouveau roman (no comment) ; Catherine Laborde, soutien d'Emmanuel Macron, rejoint aussi l'équipe d'Hanouna ; ce soir cauchemar sur la 2 avec l'émission qui remplace le débat et où chaque candidat aura droit à ses 15 minutes d'interview.

VOILA C'EST TOUT. BONNE JOURNEE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 20/04/2017.

Publicité