Une nouvelle technique pour pirater des distributeurs automatiques de billets se développe depuis quelque temps dans le monde entier. Et la France n’est pas épargnée. Explications.   

Ce sont des recherches qui peuvent alarmer les banques et leurs clients. Une étude de la société d’expertise en cybersécurité Kapersky a montré récemment qu’il pouvait être aisé pour des pirates informatiques de prendre le contrôle à distance des distributeurs automatiques de billets (DAB), comme l’explique le site LesEchos.fr lundi. Cette nouvelle technique informatique aurait d’ailleurs fait déjà une dizaine de victimes en France, ce qui fait de l’Hexagone le deuxième pays le plus touché après les Etats-Unis.

Mais en quoi consiste ce piratage ? "Alors que les virus que l'on connaît aujourd'hui écrivent des fichiers sur le disque dur du DAB, cette nouvelle génération d'attaques va s'en prendre à la mémoire vive, ce qui ne laisse aucune trace", explique Daniel Fages, directeur technique de Stormshield, une entreprise française spécialisée, aux Echos.

Les données des clients sécurisées ?

En prenant le contrôle de l’appareil à distance, les pirates vont pouvoir récupérer les données bancaires des utilisateurs introduisant leur carte dans la machine ou encore faire sortir des billets comme et quand ils le souhaitent. Une technique d’autant plus grave que les programmes des distributeurs automatiques sont rarement mis à jour.

Les spécialistes en cybersécurité se veulent toutefois assez rassurants. Ces derniers estiment en effet qu’attaquer des distributeurs de cette manière est très compliqué, et nécessite un matériel important et des connaissances techniques très pointues.

Publicité
"Qui plus est, si les attaquants décident de s'en prendre aux données des utilisateurs, ces derniers restent protégés par leur code PIN. De fait, le lecteur de carte est indépendant du système qui gère le distributeur, ce qui laisse une sécurité importante aux utilisateurs", ajoute le site d’information.