Face à la grève des facteurs des villes de Louviers, Val-de-Reuil et Alizay, en Haute-Normandie, la direction de La Poste a eu l'idée de faire appel à des taxis pour délivrer le courrier. Mais cela ne s’est pas passé comme prévu.  

Elle ne l’avait pas vu venir. En plein conflit avec ses postiers, la direction de La Poste des plateformes de Louviers, Val-de-Reuil et Alizay, en Haute-Normandie, a eu l’idée de faire appel à des taxis pour délivrer le courrier aux habitants de ces communes, comme le rapporte Le Figaro mardi.

"D'après le contrat envoyé par La Poste aux taxis, il était prévu que ceux-ci soient payés 300 euros hors taxe par portion de zone à distribuer en courrier. Selon Sébastien Delabarre, délégué syndical, les facteurs sont payés entre 50 et 60 euros pour le même travail, soit un cinquième du tarif offert par la Poste aux taxis", précise le quotidien.

Un accord trouvé

Mais c’était sans compter sur la solidarité entre les chauffeurs et les facteurs. Les conducteurs de taxis ont en effet immédiatement prévenu les postiers de ce qui se tramait. Avec les contrats que les taxis leur avaient remis, les employés de La Poste sont donc retournés négocier avec la direction. En position de force. 

Publicité
Les négociations avec les syndicalistes ont finalement permis de trouver un accord. Le travail devait reprendre mercredi 8 juillet, selon le site Normandie Actu. Les facteurs protestent contre un projet de réorganisation, qui prévoit notamment d’allonger les tournées et de supprimer des postes. 

En vidéo sur le même thème : La Poste s'invite au supermarché