Commentaires hallucinants sur le chômage

Spectaculaire! Historique ! Les experts et économistes qui défilent ne savent plus quel terme employer pour qualifier la baisse du chômage en septembre. Même les membres d'un gouvernement à la dérive n'osent pas être aussi triomphalistes. Nos voisins allemands ou anglais doivent observer avec étonnement une telle célébration alors que nous continuons à avoir un taux de chômage dramatiquement élevé.

 

5,781,300 CHÔMEURS

Prenez le temps de regarder les courbes du chômage depuis 2012 que vous trouverez ce matin dans tous les journaux ou dans tous les sites de médias. Et dites moi s'il n'est pas indécent de pavoiser alors que la baisse du chômage sur la courbe est imperceptible. Il y avait 4,627,300 chômeurs en 2012. Il y en a plus d'un million de plus. Sur un an, le nombre de chômeurs toutes catégories n'a pas baissé, il a augmenté de 1%.

PEUT-ON PARLER DE BAISSE ?

Sur un mois oui. Et uniquement sur les chômeurs de toutes catégories. 66,000 chômeurs de moins en septembre mais ce n'est qu'une compensation des 50,000 chômeurs en plus d'août. Et tout cela malgré les 500,000 "formations" et autres artifices. Le chômage a un peu glissé sur un mois mais on ne peut pas parler de baisse du chômage encore. Et rappelons encore que les États-Unis et la Grande-Bretagne sont à 5%, et l'Allemagne à 6%. Nous sommes à plus de 10%. Alors un peu de retenue et de décence dans les commentaires triomphalistes.

LES MONTAGNES ANGLAISES

C'est intéressant de voir que c'est la monnaie britannique et pas la Bourse anglaise qui "vit" les soubresauts liés aux conséquences du referendum du Brexit. Hier la livre a chuté lourdement au gré des commentaires du patron de la Banque d'Angleterre, avant de rebondir, un peu, en fin de séance. Elle a traversé momentanément le plancher des 1.21 dollar et reste extrêmement fragile. On assiste à une véritable dévaluation de la monnaie anglaise.

UN VRAI DÉBAT DE FOND

Mardi, Mario Draghi a dû se défendre. Sur un thème passionnant : est-ce que la politique laxiste de la Banque centrale européenne a creusé les inégalités. Il a évidemment rejeté ses accusations, arguant que la baisse des taux a notamment permis la baisse du chômage. Il n'a pas convaincu. Et je trouve que Theresa May a bien décrit l'impact sur l'inégalité de la politique des banques centrales :"People with assets have got richer. People without them have suffered. People with mortgages have found their debt cheaper. People with savings have found themselves poorer".

LES ÉPARGNANTS EN ATTENTE, POUR DE MAUVAISES RAISONS

La collecte nette de l’assurance vie a été nulle au mois de septembre. Et c’est un évènement. En septembre les souscriptions aux contrats d’assurance vie n’ont pas compensé les retraits. Cet équilibre est un première depuis des années. Le fantasme que le gouvernement pourrait venir bloquer pour des mauvaises raisons leur argent placé dans les contrats d’assurance vie a inquiété les épargnants. Je dis pour les mauvaises raisons car la mesure prévue dans la loi Sapin II est, pour une fois, une bonne mesure puisqu’elle garantit les épargnants contre un risque de panique en cas de hausse de taux spectaculaire ou de conditions de marché extra-ordinaires. Regardez mon interview sur la loi Sapin II et l'assurance-vie.

LES TAUX RESTENT TRÈS ATTRACTIFS

L’autre élément conjoncturel ce sont les craintes de baisse des rendements sur les fonds euros. On sait que la Banque de France met la pression sur les assureurs pour réduire drastiquement les rémunérations mais là aussi les craintes sont un peu excessives car même si le taux moyen passe de 2.2% en 2015 à 1.7 ou 1.8% en 2016, ce taux sera toujours plus attractif que l’inflation ou les taux de marché.

L'ICHUTE

Chute des ventes d'Apple mardi soir. 9%. Baisse des profits. 19%. On n'avait jamais connu de telles baisses depuis 2001. L'iPhone s'essouffle et l'Apple de Tim Cook c'est uniquement l'iPhone. Mais Tim Cook promet que ça va s'arranger. En attendant, Apple continue à empiler du cash avec un trésor de guerre hallucinant.

LA PHRASE DU JOUR

"Je n'envisage pas d'échouer" : Bruno Le Maire. Pas la peine, on l'envisage pour lui.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Extrême volatilité de la livre et domination écrasante du dollar sont vraiment les évènements du jour. Les indices se maintiennent bien, les taux se cherchent, l'or se tend, un peu, et le pétrole se détend, un peu.

ON S'EN FOUT ?

Heathrow, premier aéroport européen, va s'agrandir et accueillir, dans dix ans, près de 300,000 vols de plus ; C'est l'anniversaire d'Hillary Clinton, 69 ans, l'âge érotique (je sais, il faut un peu d'imagination); 4%: c'est le taux de popularité d'Hollande dans un sondage, no comment, on ne tire pas sur une ambulance ; Malgré ses propos antisémites et son choix pour Le Pen au deuxième tour, Poisson est maintenu dans la primaire ; Nous sommes mercredi et le "Pariscope" a disparu définitivement des kiosques; Il y a un film avec Steven Seagal ce soir à la télé.

VOILÀ C'EST TOUT. BONNE JOURNÉE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 27/10/2016.