Une récente étude de l'OCDE évalue les dégâts qu'entraînerait une crue de la Seine à Paris. Habitants touchés, coût des dégâts, effets sur toute la France... Tous les détails avec Planet.fr.

Vendredi dernier, l'OCDE a présenté son étude sur la gestion des risques d'inondation à Paris et dans les alentours en cas d'une crue de la Seine comme celle de 1910. Selon l'OCDE, une telle crue de 8,6 mètres entraînerait la privation d'eau pour 5 millions d'habitants en Ile-de-France, et 1,3 million recevraient de l'eau, mais pas de bonne qualité.

Côté transports, sur les 250 km de métro, 140 seraient fermés, et le réseau routier serait largement encombré du fait qu'il serait impossible de passer d'une rive à l'autre de la Seine. Ce qui toucherait évidemment l'industrie et la distribution, l'électricité et les communications.

Entre 3 et 30 milliards d'eurosDe leur côté, les entreprises qui ne seraient pas inondées ne pourraient pas forcément continuer à fonctionner non plus, puisqu'elles subiraient elles-aussi le manque d'énergie et de communication, mais surtout d'employés, incapable de se rendre sur leur lieu de travail. Inévitablement, ces disfonctionnement dans la région parisienne affecteraient aussi les fournisseurs ou les clients vivant dans d'autres régions.

Le problème, c'est que cela ne durerait pas que quelques jours : les crues de la Seine, comme le rappellent Les Echos ont pour habitude de durer plusieurs semaines, souvent trois. Au final, l'OCDE estime qu'une telle crue aurait un coût en dommages directs de 3 à 30 milliards d'euros, et pourrait toucher 400 000 emplois.

Publicité
Consciente du manque d'argent et des complications liées aux institutions en Ile-de-France, l'OCDE s'est donc contentée de conseils comme la prise en compte de ces risques dans le projet de construction du Grand Paris, ou encore comme "le renforcement de la culture du risque des citoyens et des décideurs".