La ministre de la Justice a déclaré vendredi matin à la télévision vouloir "d’un monde où l’on pourrait travailler 32 heures". Une idée rapidement balayée par Manuel Valls.  

Bientôt la fin des 35 heures pour un passage aux 32 heures ? Invitée de BFMTV-RMC vendredi matin, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a indiqué qu’elle rêvait "d’un monde où l’on pourrait travailler 32 heures", alors qu’elle était interrogée sur le travail le dimanche.

"Je rêve d'un monde où l'on ne travaille pas le dimanche, où l'on ne travaille ni le samedi, ni le dimanche (…) L'idéal, c'est que les gens puissent travailler 32 heures dans une semaine. Pour avoir du temps pour se consacrer aux autres dans des associations. Pour avoir le temps d'aller au musée, pour avoir le temps, quand c'est possible, d'aller sur la plage, de déambuler, de marcher, de parler à ses voisins, d'aller en librairie, au cinéma, au théâtre, etc. Voilà la société dont on peut rêver", a-t-elle expliqué.

A lire aussi : Quand le nouveau n°1 de la CGT plaide pour les… 32 heures 

"Soyons pragmatiques, sortons des dogmes"

Des déclarations qui n’ont pas manqué de faire réagir, à commencer par le Premier ministre, Manuel Valls, qui a vite écarté l’idée. "Vous savez, aujourd'hui, il y a un temps de travail qui existe. Il y a les 35 heures, mais le temps effectif est de 39 heures. Les Français, ce qu'ils veulent aujourd'hui, c'est du boulot", a réagi le chef du gouvernement lors de sa visite au Salon aéronautique du Bourget.

Publicité
Et d’ajouter : "Le travail, c'est une valeur. Le mérite, c'est une valeur. Et l'engagement que les Français attendent aujourd'hui pour leurs enfants et leurs petits-enfants, c'est une bonne formation pour avoir demain un bon travail. Soyons pragmatiques, sortons des dogmes, engageons-nous pour la croissance et le travail pour notre pays".

En février dernier, le nouveau secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, avait estimé que "parler des 32 heures" n’est "pas une absurdité".

En vidéo sur le même thème : Passage aux 32 heures, la proposition choc de Philippe Martinez