Vous enviez le nouveau gagnant de l'Euromillions et ses 169 millions d'euros ? Mais savez-vous qu'une bonne partie de ses gains finira inévitablement entre les mains du Fisc ? Voilà pourquoi...

Mardi soir dernier, un heureux Français, habitant dans les Alpes-Maritimes, a remporté la plus grosse cagnotte jamais gagnée en France à l'Euromillions : plus de 169 millions d'euros. Les gains au jeu sont bien exonérés d'impôts, mais tout ce qu'il pourra faire avec son argent ne le sera pas.

Ainsi, comme l'explique Votreargent, si, comme la plupart des gros gagnants, le nouveau multimillionnaire souhaite se montrer généreux avec son entourage, l'administration fiscale pourra récupérer une jolie somme. En effet, depuis peu de temps, les réductions d'impôts pour les donations ont disparu, et le barème de taxation a augmenté.

S'il souhaite en revanche placer son magot sur un compte rémunéré, il pourrait toucher 4 860 000 euros d'intérêts, auxquels il faudrait enlever une bonne partie due au Fisc au titre de l'impôt sur le revenu, sans oublier les prélèvements sociaux.

Le Fisc est très gourmandPar ailleurs, dès l'année prochaine, le gagnant à l'Euromillions sera redevable de l'impôt sur la fortune, à des taux progressifs de 0,5% à 1,5%, ce qui reviendrait à verser près de 2,5 millions d'euros d'impôts.

S'il décide de s'offrir une belle demeure, il devra verser des droits de mutation... S'il s'achète une voiture de luxe, il versera une forte TVA à l'administration fiscale... S'il investit dans des entreprises qui lui rapportent, il devra s'acquitter d'impôts sur le revenu plus important...

Publicité
En résumé, en quelques années, s'il ne sait pas faire fructifier l'argent qu'il a remporté, le nouveau multimillionnaire, directement entré à la 221e place des plus grosses fortunes de France, se sera vu retiré une grosse partie de sa fortune par l'administration fiscale. Autre solution : partir s'installer en Suisse, comme de nombreux nouveaux riches, afin de bénéficier d'un système fiscal plus avantageux.

© VALERY HACHE / AFP