En plus des conséquences sanitaires, les vagues de fortes chaleurs affectent également l’économie. La canicule de l’été 2003 aurait ainsi coûté au moins 15 milliards d’euros.

Mardi, 66 départements étaient toujours placés en vigilance orange canicule par Météo France. Cet épisode de très fortes chaleurs devrait durer au moins jusqu’à jeudi. S’il devait se prolonger, cela pourrait avoir des conséquences sur l’économie de l’Hexagone. Un rapport du Sénat publié en 2004, "La France et les Français face à la canicule : les leçons d'une crise", faisant le bilan de la canicule de 2003 avait estimé les pertes entre 15 et 30 milliards d’euros. Un chiffre élevé lié à une situation exceptionnelle mais qui traduit le lien entre baisse de la croissance et canicule.

Aujourd’hui, environ 70% des entreprises sont jugées "météo-sensibles". Tous les secteurs ne sont cependant pas touchés de la même manière. L’agriculture est la première victime, la sécheresse ayant des conséquences désastreuses sur les cultures des producteurs de blé, d’huile d’olive ou même de vin. Selon Europe 1, les cours du blé auraient subi une hausse de 6%  sur les marchés parisiens dans les deux dernières semaines.

A l’inverse, les ventes de certains produits explosent en période de canicule

En période de canicule, le secteur de l’énergie est également concerné en raison de la hausse de la consommation d’électricité et donc de ses prix. Lorsqu’il fait chaud, les appareils électroménagers et électriques liés au froid, du réfrigérateur au climatiseur, sont en effet particulièrement sollicités. Un effet que le Sénait avait déjà observé en 2003. Dans son rapport, il avait situé cette augmentation de la consommation entre 5 et 10%. A l'inverse, le document a noté une baisse de la consommation des ménages, notamment dans les achats pour l'habillement.

Publicité
Rares exceptions, certains secteurs voient, au contraire, leurs chiffres d’affaires grimper en période de fortes chaleurs. C’est le cas des ventes de produits solaires, de glaces, d’eau minérale et autres boissons fraîches, comme le rapportait L’Obs en 2015. Mais d'une manière générale, la chaleur a des effets négatifs sur la productivité et le dynamisme économique, affectant les capacités de concentration des travailleurs.

En vidéo : Quelles sont les conséquences économiques de la canicule ?

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité