Bruxelles critique la France

Alors qu'on en était à se réjouir de voir notre déficit public passer en dessous de la barre fatidique des 3%, la Commission européenne nous ramène à la réalité. Nous ne faisons pas assez d'efforts pour réduire notre déficit.

AUCUNE RÉDUCTION DES DÉPENSES PUBLIQUES

Si notre déficit descend en dessous des 3% ce n'est que par chance. Nous profitons du redémarrage de la croissance et donc de la manne de l'augmentation des rentrées fiscales. Du côté des dépenses publiques aucun effort, aucune réduction. Et la France pensait pouvoir s'en tirer comme ça... Mais l'Europe a critiqué la France et 5 autres pays. Pour la Commission, le compte n'y est pas. Surtout du côté de la dette qui se rapproche dangereusement des 100% du PIB.

3% N'EST PAS L'OBJECTIF

Il faut rappeler que les 3% ne sont pas un objectif, c'est une barrière à ne pas dépasser. ET la France se contenterait bien de rester juste en dessous des 3% comme ce sera sûrement le cas en 2017 et 2018. Mais la moyenne des déficits publics en Europe est largement inférieure, à peine au-dessus des 1%, avec des pays comme l'Allemagne qui sont excédentaires. L'Europe rappelle aussi que l'objectif pour la dette est d'être en dessous des 60% du PIB, nous sommes à 96%...

CROISSANCE ANGLAISE : LE TOURNANT ?

C'est peut être le tournant qu'on attendait depuis le referendum sur le Brexit. En effet depuis le referendum, tous les observateurs ont été surpris par la résistance de la croissance britannique, se demandant même si un jour, il y aura la perspective du Brexit. Perspective car il est utile de le rappeler, le Brexit n'aura réellement lieu que dans 3 ou 4 ans car il semble acquis qu'une période de transition suivra la fin des deux ans de négociation. Mais mercredi on a senti, pour la première fois, les effets réels du Brexit. L'organisme officiel en charge des prévisions a revu significativement à la baisse les prévisions de croissance. Pour 2017, on sera à 1.5% et non à 2% comme on le prévoyait encore en mars. Et encore plus bas en 2018 et 2019. Même en 2021, on ne prévoit plus de dépasser les 1.6%. Ce n'est certes pas la récession mais c'est un vrai ralentissement.

UN BUDGET BRITANNIQUE SOUS PRESSION

Cette révision a eu lieu le jour de la présentation du budget. Une présentation du budget qui est déjà un exercice très difficile, compte tenu notamment de la dette britannique et donc de l'absence de marge de manoeuvre pour le gouvernement en matière de dépenses et de déficit public. Un budget d'autant plus compliqué qu'il est présenté par un gouvernement tiraillé par les ministres eurosceptiques et ceux qui souhaitent un soft Brexit. Un numéro donc d'équilibrisme. ET donc à l'arrivée un budget sans réelle mesure importante ni direction claire. On est dans une gestion à vue, à très court terme sans possibilité de mener de réelles réformes.

LE RETOURNEMENT DU JOUR

Le Premier ministre libanais à peine arrivé sur le sol libanais, a annoncé qu'il suspendait sa démission. Les Saoudiens ne vont pas être contents.

ALLEMAGNE. SUITE.

Cette fois ci c'est le SPD, le centre gauche de Martin Schultz qui est sous pression. De l'intérieur et de l'extérieur. Sous pression pour éventuellement reformer la grande coalition avec le CDU d'Angela Merkel et le CSU ou pour au moins s'engager à soutenir, quand c'est possible, un gouvernement minoritaire. La situation en Allemagne devrait se décanter dans les semaines qui viennent sans qu'il faille recourir à de nouvelles élections. J'ai bien dit "devrait".

LE TTSO DE LA SEMAINE

"Ben ça, ça fait plaisir" Aujourd'hui/Le Parisien dévoile la 3e édition du baromètre "Jeunesse et confiance". Qu'y lit-on ? Qu'en France, 78% des moins de 26 ans se disent optimistes pour leur futur. C'est +9 points en 3 ans et même si il faut y mettre plein de bémols (plus on est diplômé, plus on est confiant, à côté des optimistes, il existe "une jeunesse qui décroche"), une génération d'ado/jeunes adultes qui à près de 80% croit en son avenir, ben ça, ça fait plaisir. L'optimisme des enfants est également une leçon pour les parents qui continuent à penser à 60% (c'est 6 points de moins que l'année dernière certes) que la vie de leurs rejetons sera plus dure que la leur. N'oubliez pas de vous abonner à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est très simple et c'est ici.

LA RÉFORME DES RETRAITES... PAS TOUT DE SUITE

C'est une des réformes les plus attendues. Emmanuel Macron s'était engagé notamment à aligner le système des retraites publiques sur celui des retraites privés. Et on attendait une loi sur les retraites en 2018. Il semble que ce ne sera plus le cas. On parle maintenant de 2019. La raison invoquée : la nécessité de prendre son temps pour jouer à fond la carte de la consultation. La raison possible : ne pas brusquer les Français avant les élections européennes.

UNE OFFRE EXCEPTIONNELLE, RIEN QUE POUR VOUS !

C'est parti ! MonFinancier lance son Offre Duo. Une exclusivité MonFinancier pour investir à crédit en SCPI avec un taux ultra bonifié. Une partie de votre investissement est financée par un crédit sans intérêt d'emprunt. Oui, sans intérêt d'emprunt ! Une offre innovante, rare, et à durée limitée : Fin le 13 décembre. Je souhaite en savoir plus sur l'Offre Duo.

DU COTÉ DES MARCHÉS

Séance hésitante à Wall Street à la veille de Thanksgiving. Si le Nasdaq s'est distingué avec un nouveau record historique, les autres indices majeurs n'ont pas suivi et ont clôturé en baisse. Le dollar perd du terrain dans le sillage des Minutes de la Fed, laissant entrevoir un ton plus accommodant qu'attendu. L'inflation outre-Atlantique divise les responsables de la Fed puisque l'indice des prix est bien en dessous du taux cible des 2%. La paire euro/dollar est nettement au-dessus des 1,18 à 1,1843 dollar. Tokyo de son côté est fermé pour la fête du travail. Le pétrole reste ferme avec Brent qui se négocie sur les 63 dollars et un WTI qui stationne aux portes des 58 dollars. Les cours de l'or noir restent portés par la perspective d'une prolongation de l'accord concernant une réduction de la production des pays membres de l'OPEP. Par ailleurs, la contraction plus forte que prévu des stocks de brut américains la semaine dernière est un facteur de soutien.

ON S'EN FOUT ?

Selon une enquête Vivavoice réalisée pour Croissance Plus, 67% des jeunes de 16 à 20 ans ont une vision positive de l'entreprise ; Pour les fans de série, démarrage en flèche de la saison 4 de Peaky Blinders, très bonne série britannique également sur France 2 : Thirteen" ; Najat Vallaud-Belkacem serait candidate à la direction du PS lors du prochain Congrès ; Juppé et Macron ont déjeuné ensemble et sont devenus les meilleurs potes ; L'ex "boucher des Balkans" Ratko Mladic a été condamné à perpétuité par le Tribunal Pénal pour l'ex-Yougoslavie ; Uber aurait dissimulé pendant un an le vol de données de près de 60 millions d'utilisateurs ; C'est Thanksgiving ! ; Le gouvernement penserait à supprimer la taxe d'habitation pour 100% des ménages et plus seulement 80% mais pas tout de suite ; Les ventes de sodas chutent partout, symboles de la malbouffe et de l'excès de sucre (Aujourd'hui).

VOILÀ C'EST TOUT. BONNE JOURNÉE. MAY THE FORCE BE WITH YOU.

Edito publié sur MonFinancier.com le 23/11/2017.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité