Un rapport remis à Michel Sapin le 12 janvier indique que 58 sanctions ont été infligées à des professionnels ayant favorisé le blanchiment d’argent. Explications.  

Ils ont fraudé et doivent désormais payer. Un rapport de la Commission nationale des sanctions, remis mardi au ministre des Finances, Michel Sapin, et révélé par Le Figaro, montre que la lutte contre le blanchiment d’argent par des professionnels s’accélère.

"Saisie principalement par le ministre de l'Économie", la Commission " a infligé cinquante-huit sanctions", selon le journal. Les sanctions les plus graves sont des "interdictions temporaires d'exercer la profession sans sursis et une sanction pécuniaire de 8000 euros".

Une méconnaissance des obligations

Mais est-ce de la malhonnêteté de la part de ces professionnels ? Pas vraiment, à en croire le rapport, qui plaide plutôt pour un manque d’informations. Ces professionnels auraient en effet manqué à leurs obligations principalement par méconnaissance.

Publicité
L’exemple type va être une "agence immobilière qui ne s'interroge pas sur le fait qu'un de ses clients fasse l'acquisition de plusieurs biens immobiliers sur une période de temps limitée et semble indifférent à l'emplacement ainsi qu'au coût des travaux à prévoir pour chacun de ces biens", précise le quotidien.

La priorité sera donc pour les fédérations d’informer les professionnels sur leurs obligations, selon Le Figaro.

En vidéo sur le même thème : La Suisse renforce les règles contre le blanchiment d’argent