Les faux sites administratifs se multiplient sur Internet : des plateformes qui semblent tout à fait sérieuses mais qui cachent des pratiques commerciales frauduleuses. Explications.  

C’est un problème qui existe depuis déjà longtemps mais une piqûre de rappel s’impose. Dans un article publié par le site gouvernemental Service-public.fr, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) met en garde face aux sites commerciaux qui "essayent de tromper (les internautes) en prenant l’apparence d’un site officiel".

"Les sites officiels de l'administration se terminent par '.gouv.fr' ou '.fr' et non pas par '.gouv.org' ou '.gouv.com'. Par ailleurs, un site web en '.fr' n'est pas obligatoirement un site officiel, la société gérant ce site n'étant pas non plus forcément basée sur le territoire national", précise l’organisme.

Les démarches administratives généralement gratuites

Il faut savoir que de nombreuses démarches administratives sont gratuites, ou peu coûteuses. Si des sites vous les proposent alors contre une somme conséquente, il s’agit sans aucun doute d’une arnaque.

A lire aussi - Gare à l’arnaque sur les vignettes anti-pollution Crit’Air  

En janvier dernier, une mise en garde avait ainsi déjà été lancée à propos de la vente de vignettes anti-pollution Crit’Air à des prix bien plus élevés que le tarif initialement fixé. Des plateformes aux noms proches de ceux des sites officiels mais qui pouvaient multiplier les prix par quatre.

Publicité
Face aux riques, la DGCCRF préconise de bien se renseigner auprès des sites officiels de l’administration française avant de répondre et fournir ses coordonnées bancaires. Il faudra également vérifier si la société à l’origine du site est sérieuse auprès du Centre européen des consommateurs France.