Selon un rapport publié lundi, les inégalités en terme de pauvreté sont toujours bien présentes, et se sont même accentuées avec la crise. Tous les détails avec Planet.fr.

Le Forum économique mondial se réunit cette semaine à Davos en Suisse, et l'un des principaux points dont il va débattre est la pauvreté. Dans un rapport présenté la semaine dernière, il annonçait que "le fossé persistant entre les revenus des citoyens les plus riches et ceux des plus pauvres est considéré comme le risque susceptible de provoquer les dégâts les plus graves dans le monde au cours de la prochaine décennie", comme le rappelle Le Figaro.

La pauvreté risquerait en effet d'entraîner un "choc systémique" au niveau mondial, et est un risque à prendre en considération avant les événements météo, les chômage et les cyberattaques. Dans le rapport, 31 risques ont été passés à la loupe, et aux côtés de la pauvreté, on retrouve comme principaux risques les crises budgétaires ou les crises de l'eau. Jennifer Blanke, économiste en chef au Forum, a expliqué lors d'un point presse que "chaque risque examiné [...] pourrait provoquer une défaillance à l'échelle mondiale, mais c'est leur interconnexion qui accentue leurs effets négatifs au point qu'ensemble, ces effets pourraient être décuplés".

"Les richesses du monde sont divisées en deux"Le rapport du Forum économique mondial rappelle que "l'échec des institutions financières a provoqué une crise financière qui a entraîné une crise de liquidités dont de nombreuses économies ont été victimes. Cela a conduit alors à une flambée du chômage, une aggravation des écarts de revenus, et au final, à des tensions politiques et sociales, voire des mouvements de protestation, dans certains pays d'Europe et grands marchés émergents".

Après présentation de ce rapport, l'ONG Oxfam, qui lutte contre la pauvreté et les injustices, a ajouté dans un rapport publié lundi que "les richesses du monde sont divisées en deux : près de la moitié est entre les mains des 1% les plus riches, tandis que 99% de la population mondiale se partagent l'autre moitié". L'Oxfam affirme par ailleurs que dans le monde, 7 personnes sur 10 vivent dans un pays qui a connu une augmentation des inégalités depuis 30 ans.

"Aux Etats-Unis, les 1% les plus riches ont confisqué plus de 95% de la croissance post-crise financière"Et l'ONG met en garde ! Une sortie de crise ne serait pas forcément une bonne nouvelle pour les plus pauvres : "aux Etats-Unis, les 1% les plus riches ont confisqué plus de 95% de la croissance post-crise financière depuis 2009, tandis que les 90% les moins riches se sont appauvris".

Publicité
Consciente que le rendez-vous de Davos, qui regroupe les plus grands décideurs de la planète, pourrait changer les choses, l'Oxfam a pointé du doigt quelles sont, selon elle, les raisons de telles inégalités : la déréglementation financière, les systèmes fiscaux défaillants, la fraude fiscale facilitée par certaines lois, les mesures d'austérité, la condition des femmes, la confiscation des recettes perçues grâce au pétrole et à l'extraction minière. L'ONG a donc proposé des recommandations aux membres du Forum afin d'en finir avec "une dynamique et des cycles d'avantages qui s'amplifient mutuellement et se transmettent de génération en génération".
Publicité