Steen Jakobsen, l'économiste en chef de Saxo-Banque a donné une conférence sur ses prévisions économiques et financières pour l'année 2014. Petits épargnants, journalistes, financiers... ils étaient une centaine à écouter avec curiosités ces "outrageous predictions". 

©ICCAWORLD/flickr.com

Il faut dire que dans le rayon de la spéculation, de la finance et du trading, Steen Jakobsen a la cote. Par le passé, l'économiste s'était déjà illustré en prévoyant la chute du taux d'interêt des obligations souveraines allemandes en 2009 (bien vu). Il évoquait la possibilité que le cours de l'or passe le cap des 1 800 dollars en 2011 (ce fut le cas). En 2012, Jakobsen annonçait la chute du cours d'Apple en Bourse de 50% (-44%). 

 

 "De nombreuses mauvaises décisions seront prises au nom des inégalités et de la déflation."

Lorsqu'on lui demande si ses prévisions sont justes, l'économiste affirme que ce n'est pas la réponse le plus importante mais que ses prédictions seraient plus une incitation à la réflexion. Pour Jakobsen : "de nombreuses mauvaises décisions seront prises au nom des inégalités et de la déflation." Voici ces dix prévisions pour 2014.

 

1. L'Europe approuve une taxe sur le patrimoine de 5 à 10%. Le ralentissement de l'activité et le manque de croissance entraîne l'Europe dans la spirale de la rigueur. Pour renflouer le système (bancaire), l'U.E fait appliquer une taxe de 5% à 10% sur les patrimoines de plus 100 000 euros.

 

2. Les partis d'extrême droite s'allient avec des hommes politiques anti-U.E pour une coalition au parlement européen. Montée du mécontentement égale déchaînement dans les urnes. Et ce, à partir de mai prochain. Jakobsen imagine que cette coalition d'extrême droite formerait le premier groupe européen au Parlement.

 

3. Amazon, Netflix, Twitter, Pandora Media et Yelp seraient surcôtées à hauteur de 15% de plus que la valeur annoncée par l'agence de notation Standart & Poor's. Ce facteur pourrait virer en bulle spéculative. Qui dit bulle spéculative, dit future explosion donc effondrement du cours de la bourse américaine. Dans le cas présent, il pourrait s'agir de la NASDAC (bourse des nouvelles technologies). 

 

4. Le Japon pourrait effacer sa dette. Selon Jakobsen, la reprise économique sera vite essoufflée en 2014. Par conséquent, les actions toxiques plongeraient. Les investisseurs voudront remonter le cours du Yen. La banque du Japon devra réagir et tentera par la même occasion d'effacer la dette du gouvernement.

 

5. Les Etats-Unis ont encore un marché immobilier fragile. Pour l'économiste, le risque de déflation est important.

 

6. Face à un marché immobilier américain en berne et une croissance au ralenti, la Réserve fédérale américaine procèdera à des rachats de titre à 100 milliards de dollars par mois (soit 25 millards de plus qu'aujourd'hui). Néanmoins, cette politique monétaire est orientée vers le rachat d'emprunts hypotécaires.

 

7. Le baril du pétrole passera sous la barre des 80 dollars. Les causes : La demande et la croissance mondiale sera moins forte que prévues et l'Iran redeviendra un des producteurs de premier ordre. 

 

8. L'Allemagne en récession. Les excédents commerciaux peu appréciés par les autorités européennes, l'abandon du nucléaire et l'adoption du nouveau Smic (augmentation de chômeurs) pénaliseront la croissance allemande pour 2014.

 

9. Le CAC 40 recule de 40%. Les politiques monétaires ont alimenté une bulle sur le marché des actions. Les prix de l'immobilier français s'effondrent et plombent la consommation. De plus, la croissance chinoise ralentit et impacte directement le secteur du luxe Français. Résultat : le CAC s'effondre de 40%.

 

Publicité
10. Les monnaies des pays émergents restent encore fragile. Si les flux financiers ralentissent, Saxo Banque estime que les monnaies brésilienne, indienne, turc, sud-africaine et indonesienne seront touchées.

Publicité