François Bayrou vient de déclarer qu'il voterait pour François Hollande au second tour de la présidentielle ce dimanche. Qu'en est-il des autres candidats éliminés au premier tour ? Pour qui ont-ils appelé à voter ? Le point à quelques heures du verdict final...

Jeudi soir, François Bayrou, président du MoDem, s'est prononcé, à titre personnel, en faveur du candidat socialiste pour le deuxième tour de la présidentielle ce dimanche. Il n'a cependant pas donner de consigne de vote pour ses sympathisants.

Il a ainsi déclaré que "la ligne choisie par Nicolas Sarkozy, violente, rentre en contradiction avec nos valeurs, les miennes, mais aussi celles du gaullisme. [...] Je ne veux pas voter blanc, ce serait de l'indécision. Reste le vote pour François Hollande. C'est le choix que je fais".

Les pros HollandeDès le 22 avril, à l'annoncée des résultats du premier tour, Eva Joly, candidate EELV avait appelé "tous ceux qui ont voté pour moi à tout faire pour que notre pays sorte du sarkozysme en se rassemblant derrière François Hollande".

Même consigne, mais un peu moins enthousiaste, du côté de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche qui, le 22 avril au soir, avait invité ses sympathisants "à se retrouver le 6 mai [...] pour battre Sarkozy". Et d'ajouter : " Je vous demande de mobiliser comme s'il s'agissait de me faire gagner moi-même l'élection présidentielle".

De son côté, le même soir, Philippe Poutou, du Nouveau parti anticapitaliste, appelait ses électeurs à "dégager Sarkozy", précisant tout de même que "le bulletin de vote Hollande, c'est un outil [...], même si après, on n'a aucune confiance politique dans Hollande"

Le dernier soutien de François Hollande vient de Jacques Cheminade, du parti Solidarité et Progrès, qui, dans un communiqué du jeudi 3 mai, explique qu'il veut "faire battre" le président actuel. Et, "pour y parvenir, un vote blanc ne saurait suffire. Je mettrai donc dans l'urne un bulletin François Hollande".

Ils n'ont rien dit, ou voteront blancNathalie Arthaud, la candidate éliminée de Lutte ouvrière, a réagi dès le 22 avril en ne donnant aucune consigne à ses sympathisants. "Je ne suis pas propriétaire des voix qui se sont portées sur mon nom", demandant aux électeurs de faire le meilleur choix, bien qu'il soit "pipé entre un ennemi ouvert des travailleurs et un faux ami".

Lors de son grand rassemblement le 1er mai dernier, Marine Le Pen, candidate du FN, a dit qu'elle voterait blanc pour le second tour de la présidentielle, tout en ne donnant aucune consigne à ses millions d'électeurs, qui voteront donc selon leur conscience.

Publicité
Enfin, Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la République, n'a rien dit du tout. Mais avant même le premier tour, il avait signalé qu'il ne donnerait pas la consigne de voter pour François Hollande ou Nicolas Sarkozy. On sait toutefois qu'il s'entend très mal avec le président de la République actuel.

© pierre-alain dorange / Flickr

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité