François Hollande et Nicolas Sarkozy ne sont pas des petits nouveaux dans le monde de la politique française. Ils ont déjà derrière eux de longues carrières, semées de succès et d'échecs...

Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy est entré très tôt dans le politique. Un milieu dans lequel il a connu des hauts et des bas...

- L'échec de 1995 : il soutient le mauvais candidat

En 1993, Edouard Balladur devient Premier ministre RPR auprès du président François Mitterrand. A l'époque, Nicolas Sarkozy est en pleine ascension politique et il obtient le poste de ministre du Budget.

Pour l'élection présidentielle de 1995, c'est donc tout naturellement que Nicolas Sarkozy soutient en tant que porte-parole le Premier ministre sortant, qui se porte candidat pour représenter le RPR. Mais cette année-là, c'est Jacques Chirac qui sera élu du côté RPR, puis président de la République.

Pour le punir de ne pas l'avoir soutenu, Jacques Chirac ne lui donnera aucun poste de ministre dans le premier gouvernement d'Alain Juppé. C'est le début de sa période de "traversée du désert" politique.

- Le succès de 2002 : le soutient à Jacques Chirac

Candidat pour sa réelection à la présidence, Jacques Chirac se retrouve au second tour face à Jean-Marie Le Pen. Cette fois-ci, Nicolas Sarkozy ne s'y est pas trompé, il fait partie de l'équipe Chirac.

Cependant, à la surprise générale, il n'obtient pas le poste de Premier ministre, offert à Jean-Pierre Raffarin, mais seulement celui de ministre de l'Intérieur. Une mission qu'il prend très au sérieux, et dans laquelle il s'implique totalement. Il est partout, réagit sur tout : il est la véritable vedette du gouvernement. Il débute à cette époque son irrésistible ascension populaire.

- Le succès de 2004 : l'élection à la présidence de l'UMP

En 2004, rattrapé par ses problèmes judiciaires, Alain Juppé doit quitter la tête de l'UMP. Nicolas Sarkozy déclare alors vouloir se présenter à la tête du parti. Mais comme le lui présice Jacqies Chirac, il ne peut occuper le poste de président de l'UMP en même temps que son poste de ministre. Nicolas Sarkozy démissionne donc de son ministère et devient chef de l'UMP.

Le "non" massif au référendum sur la constitution européenne pousse le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin vers la sortie, et le nouveau Premier ministre, Dominique de Villepin, rappelle Nicolas Sarkozy en 2005, pour reprendre le ministère de l'Intérieur.

- L'échec de 2007 : le bling-bling

Publicité
Après son élection à la présidence de la République en mai 2007, Nicolas Sarkozy s'empresse d'aller fêter ça dans le luxueux restaurant du Fouquet's sur les Champs-Elysées, avant de partir quelques jours sur le yacht de son ami Vincent Bolloré. Les Français, au bord de la crise de 2008, ne lui pardonneront jamais cet étalage d'argent...

© European People's Party / Wikimédia Commons

Publicité