Nathalie Arthaud

-    L’interdiction des licenciements : la candidate de Lutte ouvrière a logiquement fait de la défense des ouvriers son cheval de bataille. Elle explique notamment que « les hauts et les bas de cette économie doivent être payés par le patronat, les actionnaires et les plus fortunés qui devront garantir les emplois et les salaires à 100 % ». Avec cette mesure, elle espère également une meilleure répartition du travail.

 

-    La retraite à 60 ans : Nathalie Arthaud milite pour un retour du nombre d’années de cotisations à 37 ans et demi et pour l’âge légal de la retraite à 60 ans. Elle pense aussi aux camarades ouvrières, puisque elle souhaite que le temps d’éducation des enfants soit comptabilisé pour les femmes dans le calcul de leur retraite.

 

-    L’interdiction du cumul des mandats : l’interdiction pour les parlementaires et membres du gouvernement d’exercer tout mandat exécutif local et toute autre fonction de gestion ou d’administration dans une entreprise publique ou privée « va de soi » pour Nathalie Arthaud, en phase sur cette question avec d’autres candidats comme François Bayrou ou Philippe Poutou.

 

-    L’indexation des salaires sur les prix : elle concerne également les retraites et les pensions. Une mesure pour garantir le pouvoir d’achat de toutes les catégories sociales de la population, notamment les moins favorisées.

 

Publicité
-    La suppression de la TVA et des impôts indirects : les mesures fiscales de la candidate LO repose sur l’idée que ces taxes sont  les plus injustes, car payées au même taux que l’on soit riche ou pauvre. Pour compenser ces pertes de recettes, elle table sur une imposition plus forte sur les reve­nus du capital, « jusqu’à 100% sur les revenus issus de l’exploitation d’autrui ».

Publicité