François Hollande

-    60 000 postes créés dans l’Education nationale : avec cette mesure, le candidat socialiste est entré en campagne. Son idée : créer en 5 ans autant de postes supplémentaires  dans toutes les branches du secteur, et pas seulement les emplois d’enseignements. Depuis la polémique suscitée par sa proposition, François Hollande a précisé sa pensée : compenser les 60 000 départs à la retraite dans la fonction publique d’Etat, dont la moitié n’est pas remplacée aujourd’hui. 

 

75 % d’imposition sur les plus hauts revenus : cette mesure, qui a provoqué un véritable tollé, avait déjà été mise en place par la gauche en 1988 mais avait été supprimée en 2010. Ce plafonnement avait été fixé à 70% des revenus puis remonté à 85% des revenus en 1991.

 

-    La fin de l’immunité présidentielle : François Hollande s’engage dans son programme à réformer le statut pénal du Chef de l’Etat afin de promouvoir une « République exemplaire ». A cela s’ajoute la suppression de la Cour de justice de la République - les ministres commettant des infractions pendant l'exercice de leurs fonctions seront alors jugés comme n’importe quel citoyen - et l’impossibilité pour les  anciens présidents de la République de siéger au Conseil constitutionnel.

 

-    Le contrat de génération : pour favoriser tant l’emploi des jeunes que celui des seniors, François Hollande a imaginé un contrat entre l’employeur et deux de ses salariés. Il s’engage à former le jeune salarié, âgé de moins de 30 ans, en recourant à l’expérience du salarié senior, âgé de plus de 55 ans. L’Etat verse une aide financière pendant toute la durée du contrat.

 

Publicité
-    La réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique de 75 à 50 % : ce pourcentage, qui résulte d’un accord signé avec EELV, prévoit également la fermeture de 24 réacteurs nucléaires sur 58. Ce dernier point semble cependant de plus en plus remis en question par le camp socialiste.

Publicité