L’EPAD

En octobre 2009, plusieurs médias annoncent que Jean Sarkozy, deuxième fils du président, pourrait accéder à la présidence de l'Etablissement public pour l'aménagement de la région de la Défense (EPAD). Sans diplôme universitaire ni expérience professionnelle, seulement âgé de 23 ans à l’époque, Jean Sarkozy est brocardé par les observateurs, l’opposition et même la presse étrangère qui n’hésite pas à parler de népotisme. Les retombées de l’affaire de l’EPAD sont catastrophiques pour le président Sarkozy, ardent défenseur du "mérite républicain", et nombreux sont ceux, y compris à l’UMP, qui grincent des dents.

 

Publicité
C’est sur le plateau de France 2, face à David Pujadas - d’aucuns y verront une coïncidence - que Jean annoncera renoncer à ce poste (22/10/2009). A travers les mots du fils, on devine le mea culpa du père : "Je n'accepte pas que ce soupçon de favori, de passe-droit ou de traitement de faveur puisse peser" déclarera le jeune homme.

 

© MaxPPP

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité