Vidéos A la une
En marge du sommet des chefs d'États et de gouvernement de l'Union européenne, François Hollande s'est exprimé jeudi à Bruxelles. Le président français est revenu sur l'accord entre la Russie et l'Ukraine arraché à Minsk sous son impulsion et celle de la chancelière allemande Angela Merkel. François Hollande a insisté sur le caractère fragile du cessez-le-feu, dont il faudra désormais veiller à l'application. Le chef de l'État a par ailleurs évoqué la lutte contre le terrorisme au niveau européen. Il a rappelé l'importance de conjuguer au mieux le renforcement de la sécurité, notamment au frontières de l'espace Schengen et les libertés individuelles.
Vidéos A la une
Il a fallu 16 heures de négociations pour parvenir à un accord. A Minsk, Kiev et les rebelles prorusses ont signé une feuille de route pour la mise en oeuvre de la paix, jeudi matin. Réunis depuis la veille au soir dans la capitale biélorusse, les dirigeants russe, ukrainien, français et allemand ont réussi à s'entendre sur un texte. Il porte sur l'entrée en vigueur du cessez-le-feu et le retrait des armes lourdes le long de la ligne de front. A la sortie de cette rencontre, Vladimir Poutine a précisé que le cessez-le-feu prendrait effet samedi à minuit. François Hollande a de son côté évoqué un " règlement politique global ", tout en se montrant prudent, tout n'étant " pas encore accompli " selon ses propos. En attendant, sur le terrain, les affrontements se sont poursuivis mercredi, causant la mort de plusieurs personnes, dont des civils.
Publicité