Vidéos à la une
Aux premières loges lors de l'assaut mené par la police ce mercredi matin, cet habitant de Saint-Denis se souviendra encore longtemps de ce réveil très matinal. Il lui a fallu peu de temps pour comprendre ce qui se déroulait devant ses yeux. Comme lui, tous les riverains sont restés cloîtrés chez eux jusqu'en début d'après-midi, évitant toute victime collatérale de cette scène de guerre en pleine ville.
Vidéos à la une
"Tout laisse à penser" que le groupe de personnes interpellées ou abattues mercredi matin lors d'un raid sur un appartement à Saint-Denis pouvait commettre un nouvel attentat, a déclaré le procureur de la République de Paris François Molins. Ce dernier a également confirmé qu'une femme kamikaze s'est faite exploser lors de l'assaut. En revanche, il apparaît désormais peu probable qu'Abdelhamid Abbaoud se trouvait à ce moment là dans cette planque.
Vidéos à la une
SAINT-DENIS - 18 nov 2015 - Stupeur à Saint-Denis. Ce matin, la vaste opération de la police contre une cellule terroriste en lien avec les attentats du vendredi 13 novembre a obligé une partie des habitants à rester cloîtrés chez eux. Pas de transports, ni d'écoles et de longues heures d'angoisse. Une situation que les parents ont dû mal à expliquer à leurs enfants. Militaires, policiers des forces spéciales ont quadrillé la ville. Tandis que la presse du monde entier accourait jusqu'à l'extrême limite du périmètre de sécurité, là où avait lieu l'assaut dans un appartement du centre-ville. Le retour à la normale n'est pas encore à l'ordre du jour... Devant les caméras, les policiers ont forcé la porte de l'église Saint-Denys-de-l'Estrée. Pas de précision sur les raisons de cette intervention peu conventionnelle. Apparemment il s'agissait d'une fausse piste, les policiers sont repartis un quart d'heure plus tard.
Publicité