Vidéos A la une
POLITIQUEMENT SHOW. Jérome Jaffré, directeur du Centre d'études et de connaissance sur l'opinion publique, est l'invité d'Arlette Chabot pour réagir sur l'utilisation par Manuel Valls de l'article 49-3. Il dénonce "la brutalité" du Premier ministre qui n'engendre pas "de sentiment d'échange, de recherche de dialogue".
Vidéos A la une
Les députés de gauche ont échoué mercredi à déposer une motion de censure après l'utilisation du 49.3 par Manuel Valls pour faire adopter la loi Travail. Malgré cet échec, le député socialiste frondeur Laurent Baumel estime qu'il fallait faire un geste, même symbolique, pour signifier la rupture entre la majorité au gouvernement et le reste du parti.
Vidéos A la une
Comme en mai lors de la première lecture, les 58 signatures nécessaires n'ont pas été atteintes : les frondeurs échouent à déposer une motion de censure, à deux voix près. Claire Hélène Bouzgarrou, en direct de l'Assemblée nationale, précise que " le PS avait menacé d'exclusion les signataires et cette pression a marché".
Vidéos Argent/Bourse
À deux voix près, le dépôt de la motion de censure a de nouveau échoué. La loi Travail a ce mercredi après-midi été adoptée à l'Assemblée nationale. Les frondeurs, eux, sont furieux, mais surtout déçu de n'avoir finalement pas réussi à assembler les 58 signatures nécessaires. Les pressions et les menaces d'exclusion de la part du parti socialiste auraient eu raison de 4 députés.
Vidéos A la une
Nouvel échec pour les députés socialistes, qui n'ont pas réussi à déposer une motion de censure contre le gouvernement ce mercredi. Le député "frondeur", Christian Paul, déplore l'usage du 49.3: "Quand un gouvernement qui a une majorité à l'Assemblée nationale utilise contre toute raison l'article 49.3, il y a un dérèglement institutionnel". Au lendemain de ce second passage en force, la rupture semble consommée au sein de la majorité.
Vidéos A la une
Il 'laisse Matignon à sa paranoïa'. Déçu que la gauche n'ait pas rassemblé assez de signatures, mercredi, pour opposer une motion de censure à l'usage du 49.3 par le gouvernement, Benoît Hamon en impute la responsabilité à Manuel Valls. Selon le député socialiste des Yvelines, le Premier ministre a fait de la loi Travail son propre combat, et prend le moindre amendement comme une attaque personnelle.
Vidéos A la une
Le dépôt d'une motion de censure, dernier recours pour éviter l'adoption de la loi Travail, a finalement échoué. Christian Paul, député PS de la Nièvre, s'est tout de même dit très fier d'être aussi nombreux "à lutter contre les pressions, contre le cynisme du recours à l'article 49-3".
Vidéos A la une
Manuel Valls a fait recours mardi à l'article 49-3 pour faire passer de force la loi Travail. Seule échappatoire à cette adoption : une motion de censure déposée par un groupe parlementaire avant 15h15 ce mercredi. Mais pour Yann Galut, député "frondeur" PS du Cher, "une alternative" au président serait plus efficace que la signature de cette motion. "J'ai décidé de ne plus soutenir François Hollande", déclare-t-il.
Vidéos A la une
François D'Orcival, éditorialiste à Valeurs Actuelles, est présent sur le plateau de LCI pour réagir à la nouvelle utilisation du 49-3 par Manuel Valls. Pour lui, pas de doute : "Le Premier ministre assume et consacre la rupture à l'intérieur de sa propre majorité".
Vidéos A la une
Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice socialiste de Paris, est l'invitée de LCI pour revenir sur la décision de Manuel Valls d'engager la responsabilité du gouvernement sur la Loi Travail en faisant de nouveau appel à l'article 49-3. "Il ne pense qu'à son image, tonne-t-elle, ne me dite pas que c'est pour la France !".
Vidéos A la une
Les frondeurs vont-ils parvenir à déposer une motion de censure ? Le PS a très clairement fait savoir que les députés signataires seraient exclus du parti. Quant à un possible essoufflement du mouvement contre la Loi Travail, Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice socialiste de Paris explique, sur le plateau de LCI : "Jamais nous n'avons été aussi longtemps en mouvement".
Vidéos Argent/Bourse
Après quatre mois de mobilisation et de négociations, la loi Travail a bien changé. François-Xavier Pietri, chef du service économie de TF1, revient sur ce qu'il reste, et sur ce qui a disparu.
Vidéos Argent/Bourse
Manuel Valls a annoncé ce mardi la décision du gouvernement de recourir à l'article 49-3 de la Constitution pour faire passer de force la loi Travail. Outrés, les députés de l'opposition ont quitté l'hémicycle avant même la fin de l'élocution du Premier ministre. Les frondeurs de gauche travaillent déjà à l'obtention des signatures nécessaires à une motion de censure, seul recours désormais capable d'empêcher l'adoption du projet.
Vidéos A la une
Pascal Cherki député socialiste frondeur de Paris, est l'invité de LCI pour réagir à l'utilisation de l'article 49-3 par Manuel Valls, cette après midi. Et il compte bien ne pas baisser les bras faire passer une motion de censure. "On ne le fait pas par gaieté de coeur, confie-t-il néanmoins, j'aurais souhaité un compromis".
Vidéos A la une
L'opposition comme une partie de la majorité ont critiqué la décision de Manuel Valls de faire à nouveau appel au 49.3 pour faire adopter la loi Travail mardi à l'Assemblée nationale. Des critiques que n'accepte pas Jean-Marie Le Guen. Incité de Ruth Elkrief sur BFMTV, le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement s'est insurgé contre cette partie de la classe politique 'dépassée', qui ne voit pas 'le monde nouveau tel qu'il se lève, les défis nouveaux dans lesquels nous sommes'.
Vidéos Argent/Bourse
Après de longs mois de mobilisation contre la loi Travail, et de multiples séances de négociations, Manuel Valls a annoncé ce mardi la décision du gouvernement de recourir au 49-3. L'article permet de faire adopter le projet de force, si et seulement si aucun groupe parlementaire ne dépose une motion de censure sous 24h. Lors de cette annonce, le Premier ministre a vu une grande partie de l'hémicycle se vider de ses députés, furieux.
Vidéos A la une
Maël de Calan, président de la Fédération des Républicains du Finistère, revient sur le recours du gouvernement au 49-3 concernant la loi Travail. Pour lui, cette mesure représente la mise au pied du mur du gouvernement qui n'a plus "d'idées, plus de majorité et plus de temps pour réformer le pays".
Vidéos A la une
En cette nouvelle journée de mobilisation contre la loi Travail, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a regretté l'utilisation du 49.3 par le gouvernement. "Depuis le début du conflit, qui dure maintenant depuis plus de deux mois, on a un gouvernement qui refuse d'écouter les syndicats et les salariés", a-t-il dénoncé, interrogé dans le cortège parisien, ce mardi.
Vidéos Argent/Bourse
Arnaud Montebourg va gravir aujourd'hui le Mont Beuvray. Une ascension annuelle traditionnelle entourée de ses fidèles, il y délivre en général un message politique. Et sa parole est très attendue aujourd'hui. Après le 49.3 sur la loi Travail, des voix s'élèvent à gauche pour réclamer une alternative politique à François Hollande.
Vidéos A la une
La pilule ne passe pas après le recours au 49.3 pour faire passer la loi travail à l'Assemblée et les principales organisations syndicales appellent à des actions imminentes. Les transporteurs veulent augmenter la pression pour faire céder le gouvernement via des actions coup de poing, dont les dates et les lieux ne seront communiqués qu'au dernier moment. Routiers, ambulanciers, transporteurs de fonds... tous comptent se mobiliser. Dans la cité phocéenne, presque tous les agents portuaires ont décidé de faire grève pendant trois jours dès mardi prochain. Le but: instaurer "un rapport de force nécessaire face à un gouvernement sourd", selon les mots de Pascal Galeote, secrétaire général de la CGT du grand port maritime de Marseille. Certains syndicats n'excluent pas d'autres actions dès ce week-end et deux journées nationales de mobilisation sont déjà prévues mardi et jeudi prochain.
Vidéos A la une
Des dizaines de milliers d'opposants à la loi travail et au recours au 49-3 ont manifesté jeudi dans toute la France, lors de rassemblements parfois émaillés de violences, comme à Paris, Nantes, Lille ou Toulouse. Si la mobilisation a marqué le pas, les opposants ne digèrent toujours pas le passage en force du gouvernement et comptent bien ne pas en rester là. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos A la une
Jean-Marc Germain a expliqué ce jeudi sur BFMTV, les raisons pour lesquelles lui et les partisans socialistes de Martine Aubry n'ont pas joint leurs voix à la tentative de motion de censure de la gauche. "Cette motion de censure c'était un tigre de papier", s'est-il justifié, avançant qu'ils n'auraient jamais eu la capacité d'arrêter le projet de loi El Khomri. Si la loi Travail a été adoptée en première lecture via le 49.3, le député PS des Hauts-de-Seine a appelé le Premier ministre à ne pas réitérer ce passage en force lors de la deuxième lecture du texte.
Vidéos A la une
Le Premier ministre, Manuel Valls, a défendu jeudi devant l'Assemblée nationale le projet de loi travail alors l'utilisation de l'article 49.3 pour le faire passer est très contestée. "Une alliance des contraires étaient en mesure de faire obstacle à l'adoption de ce projet de loi. Il y a de tout dans ce qui motive les signataires et bientôt ceux qui voteront cette motion de censure. Il y a ceux qui trouvent qu'il y a trop de nouveaux droits pour les salariés et ceux qui au contraire considèrent que cette loi remet en cause les acquis sociaux", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
Delphine Batho a exclu de voter la motion de censure déposée par la droite, ce mercredi sur BFMTV, car cela aboutirait au "résultat inverse des aspirations de ceux qui se sont mobilisés contre cette réforme". Pour la député PS des Deux-Sèvres, "ça ferait tomber le gouvernement et donnerait le pouvoir à la droite", une droite qui ne veut pas de la loi El Khomri "parce que ça ne dérégularise pas assez et que ça ne précarise pas assez". "Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis", a déclaré celle qui fait partie des socialistes s'opposant au projet de loi travail.
Vidéos A la une
Après avoir annoncé qu'il n'y aurait pas de motion de censure de la gauche en raison de deux voix manquantes, Laurent Baumel a précisé, ce mercredi sur BFMTV, qu'une trentaine de députés socialistes l'avaient suivi dans sa démarche. Une liste des signataires devrait d'ailleurs être rendue publique très prochainement. Le député PS frondeur d'Indre-et-Loire a également exclu de voter la motion de censure déposée par la droite. "On ne va pas mêler nos voix à des gens qui ne veulent pas de la loi El Khomri pour des raisons opposées aux nôtres", a-t-il affirmé, après le recours du gouvernement au 49.3 pour faire passer le texte à l'Assemblée.
Vidéos A la une
Quelques heures après l'annonce d'un recours du gouvernement au 49.3 pour faire adopter la loi Travail, des manifestants se sont rassemblés dans plusieurs villes de France pour dénoncer un passage en force. À Lyon et à Toulouse, les locaux des permanences du Parti socialiste ont été dégradées et taguées avec des slogans contre la loi Travail. Actes de vandalismes, heurts avec la police... La montée de la tension fait craindre une radicalisation du mouvement de protestation.
Vidéos A la une
La ministre du Travail Myriam El Khomri a répété ce matin qu'elle trouvait "inconcevable qu'un député socialiste puisse voter une motion de censure". "Nous avons essayé de nouer un compromis avec l'ensemble des députés socialistes, cependant cette volonté n'était pas partagée", a-t-elle regretté. Selon elle, il n'y a que "10% de députés socialistes qui ont mené cette fronde, mais ils s'opposent systématiquement aux textes proposés". "Cela pose une difficulté, et c'est au Parti socialiste de régler cette difficulté", a-t-elle assuré.
Vidéos A la une
Jean-Baptiste Boursier recevait ce mardi soir dans "Grand Angle" le député de Charente-Maritime Olivier Falorni et l'initiateur de la pétition "Loi Travail, non merci!" Elliot Lepers pour débattre sur le recours à l'article 49.3. Pendant l'émission, le présentateur a reçu un message du cabinet de Manuel Valls, qui demandait pourquoi la chaîne n'avait pas invité de défenseur de la loi Travail. Jean-Baptiste Boursier s'est alors expliqué en direct: "Personne n'a souhaité venir défendre ce texte."
Vidéos A la une
Jean-Marie Le Guen a jugé "inconcevable" l'idée que des députés PS puissent voter la motion de censure déposée par les Républicains et l'UDI, ce mardi sur BFMTV. Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement a, par ailleurs, qualifié d'"invraisemblable" le fait qu'un député socialiste vote pour la motion de censure et puisse continuer d'appartenir à la même famille politique.
Vidéos Argent/Bourse
C'est mécanique.Ils sont toujours 30 à 40 députés socialistes à s'opposer au texte. Il manque donc des voix pour faire passer la loi Travail. Hier, faute de trouver une majorité, Myriam El Khomri a demandé à reporter les votes dés les premiers amendements

Pages

Publicité