Politique
L'ex-Premier ministre a déclaré jeudi qu'une fois président, il offrirait de "supprimer purement et simplement le 49-3", un article qu'il a utilisé... à 6 reprises ! Voici un florilège des réactions des tweetos, qui se sont beaucoup amusés de cette annonce.
Politique
Selon François Bayrou (MoDem) et Hervé Mariton (LR), si la droite n’a pas voulu déposer de motion de censure après le passage en force sur la loi Travail, c’est pour une raison extra-politique.
Vidéos Argent/Bourse
Au lendemain d'un deuxième recours gouvernemental à l'arme constitutionnelle du 49-3 pour forcer l'adoption du projet de loi Travail, une nouvelle tentative de motion de gauche a échoué. Les députés de gauche opposés au gouvernement ne sont pas parvenus à réunir les 58 signatures nécessaires au dépôt. Les élus de droite et du centre avaient annoncé mardi qu'ils n'en déposeraient pas. 56 signatures, et non pas 58, ont donc été recueillies. Faute de motion de censure, le texte a donc été adopté en deuxième lecture à l'Assemblée nationale. Mais la loi Travail va-t-elle réellement dans le bon sens pour moderniser le droit du travail et l'économie française ? - Avec: Alexandre Saubot, président de l'UIMM, et négociateur social du Medef. - 18h l'heure H, du mercredi 6 juillet 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Pauline Tattevin, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Jérôme Dedeyan, président d'Eres. Anthony Gratacos, président de l'entreprise de transport Gratacos Père&Fils. Et Alexis Karklins, associé d'Eight Advisory. - Les Experts, du mercredi 6 juillet 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Jérôme Dedeyan, président d'Eres. Anthony Gratacos, président de l'entreprise de transport Gratacos Père&Fils. Et Alexis Karklins, associé d'Eight Advisory. - Les Experts, du mercredi 6 juillet 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Hier, Manuel Valls a de nouveau utilisé le 49-3 pour faire adopter la loi Travail. Après plusieurs jours de mobilisations et deux recours au 49-3, Jean Pisani-Ferry, commissaire général de France Stratégie, estime que le degré de complexité et le débat préalable sont des méthodes indispensables pour réussir à réformer la France. En effet, le fait de rassembler des articles de nature différente dans un seul texte ne facilite pas sa lecture. - Good Morning Business, du mercredi 6 juillet 2016, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Depuis 4 mois, la loi Travail cristallise toutes les passions et les tensions. Pour en finir avec ce feuilleton, le gouvernement a donc décidé de nouveau de passer en force en utilisant le 49-3, cet après-midi à l'Assemblée nationale. Les députés ont jusqu'à mercredi 15 heures pour déposer une motion de censure. La droite, quant à elle, a préféré ne pas en déposer pour "mettre fin à la mascarade". Mais pour l'heure, qui sont les grands gagnants et les grands perdants du texte El Khomri ? Que reste-t-il concrètement ? Le dossier est-il clos ? - Éléments de réponse avec: Thibault Lanxade, vice-président du Medef en charge des TPE-PME. Mathieu Jolivet, journaliste BFM Business. Et Philippe Mutricy, directeur de Bpifrance Le Lab. - Les Décodeurs de l'éco, du mardi 5 juillet 2016, présenté par David Dauba, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Bien que profondément opposé à la loi Travail, Jean-Luc Mélenchon ne considère pas que l'usage du 49-3 par Manuel Valls mardi soit la fin du combat. Le député européen est en effet certain que la gauche peut réunir le nombre de députés nécessaires à la constitution d'une motion de censure, si la gauche et la droite parlementaires s'unissent.
Vidéos Argent/Bourse
Jean-Luc Mélenchon faisait partie des manifestants contre la loi Travail à Paris ce mardi. Le député européen Front de gauche a expliqué à BFMTV qu'"on voiyait bien qu'il y a une constante de l'opinion en adversité à la loi El Khomri. Les gens y sont hostiles parce qu'ils ont compris que c'est absurde qu'il y ait un code du travail par entreprise". "Le gouvernement pourrait comprendre que ça ne lui rapportera rien d'essayer à nouveau de passer en force comme il le prévoit. Vous savez que l'ordre du jour à l'Assemblée n'inscrit que trois jours de débat sur la loi El Khomri ce qui veut dire qu'il prévoit de faire passer à nouveau le 49-3", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis et Myriam El Khomri étaient en meeting hier soir pour défendre la loi Travail. Le Premier ministre en a profité pour relancer le débat sur le clivage droite-gauche. La stratégie de Manuel Valls est à la fois désespérée et désespérante. En effet, il tente de faire passer par la menace un texte dont il sait qu'il n'a pas la majorité. D'abord il brandit la menace du chômage, puis celle du blocage de l'Euro et maintenant c'est la droite. Il s'appuie sur la réécriture du texte par les sénateurs de droite, mais au final, c'est le texte du gouvernement qui sera soumis au vote et non cette version sénatoriale. - Bourdin Direct, du jeudi 9 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Philippe Askenazy, directeur de recherche au CNRS. Jean de Belot, président d'Aria Partners. Et Jean-Marc Daniel, directeur de la revue Sociétal. - Les Experts, du mardi 31 mai 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Eric Heyer, directeur à l'OFCE. Jean-Charles Simon, président de Facta et associé-gérant d'Optimvest. Et Bruno VanRyb, président de BeBrave et du programme 5.000 startups au Syntec Numérique. - Les Experts, du vendredi 27 mai 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Eric Heyer, directeur à l'OFCE. Jean-Charles Simon, président de Facta et associé-gérant d'Optimvest. Et Bruno VanRyb, président de BeBrave et du programme 5.000 startups au Syntec Numérique. - Les Experts, du vendredi 27 mai 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
La mesure concernant les franchisés crée une nouvelle polémique autour de la loi Travail. Elle prévoit d'imposer aux réseaux de franchisés de plus de 50 salariés de se doter d'un seul comité d'entreprise. C'est une folie car ce dispositif a été rajouté en dernière minute dans le 49-3, sans aucune discussion, estime Geoffroy Roux de Bézieux. Pour lui, il faut supprimer cet amendement. De plus, la loi Travail ne servira à rien dans son état actuel. Non seulement elle ne va pas créer de l'emploi mais elle risque de compliquer le travail des chefs d'entreprise. - Avec: Geoffroy Roux de Bézieux, vice président délégué du Medef. - Good Morning Business, du jeudi 26 mai 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Hier, le ton est monté d'un cran entre le gouvernement et la CGT. Cette dernière a effectivement durci sa contestation de la loi Travail en déposant un préavis de grève à la RATP. Selon Hervé Gattegno, dans cette partie, les deux adversaires utilisent la même méthode pour atteindre des résultats opposés. Manuel Valls a dégainé le 49-3 pour imposer un texte qui n'avait pas de majorité au Parlement. Tandis que la CGT riposte en cherchant le blocage pour faire reculer le Premier ministre. Dans les deux cas, ce sont des coups de force qui ne sont que des aveux de faiblesse. - Bourdin Direct, du mardi 24 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Argent/Bourse
Après l'utilisation du 49-3, le gouvernement a effectué un changement dans la loi Travail. Il prévoit de doter d'un comité d'entreprise les réseaux de franchises de plus de 50 salariés. Un amendement a également été rajouté par les députés. Cette dernière version de la loi Travail a fortement indigné les patrons de franchise. Selon Hervé Hatt, président de Meilleurtaux.com, le gouvernement pourrait handicaper les petites entreprises de ce secteur. - Good Morning Business, du mardi 24 mai 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Avec : Eric Chol, directeur de la rédaction du Courrier international. Philippe Lamberts, eurodéputé belge, co-président des Verts. Didier Loisel, représentant des lanceurs d'alerte français, président de la CNETH. Et Jean-Sébastien Lefebvre, journaliste à Contexte. - 500 millions d'Européens, du samedi 21 mai 2016, présenté par Yann-Antony Noghès, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Après la fronde politique contre la loi Travail, François Hollande affronte cette semaine une nouvelle série de grèves et de manifestations sous haute tension. Au départ, une large majorité de Français approuvait l'idée d'une réforme du travail, affirme Hervé Gattegno. Il y avait plusieurs façons légitimes de faire cette réforme mais incontestablement, le gouvernement n'a pas dû choisir la bonne. Face à cette situation, il faut renouer le dialogue là où il peut avoir lieu, c'est-à-dire au Parlement. Pour ce faire, Manuel Valls devrait rouvrir la discussion aussi bien avec les frondeurs qu'avec la droite. En effet, si le dialogue social a manifestement échoué, il reste quand même le dialogue politique. - Bourdin Direct, du mardi 17 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Argent/Bourse
Suite au rejet de la motion de censure déposée par la droite, la loi Travail a été adoptée en première lecture à l'Assemblée nationale. Encore une fois, le gouvernement a dégainé le 49-3 pour faire passer le texte. Michel Wieviorka estime que la gauche a pratiquement tout perdu en quatre ans. En effet, sur tous les sujets majeurs concernant l'économie et l'emploi, l'exécutif n'a plus de majorité. Maintenant, il donne l'impression de ne plus savoir où aller. La gauche se dirige-t-elle vers une scission ? Après avoir tenté une motion de censure contre l'exécutif, quel avenir les députés frondeurs peuvent-ils espérer au sein du PS ? Une primaire à gauche est-elle encore réaliste ? - Avec: Michel Wieviorka, sociologue, administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme. - 12h l'heure H, du vendredi 13 mai 2016, présenté par Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Pas de bol pour les députés socialistes frondeurs. A deux signatures près, ils auraient pu renverser le gouvernement. La motion de censure qu'ils ont engagée mercredi 11 mai a donc été rejetée. L'on se pose maintenant la question du sort de ces frondeurs au sein du PS. Selon Eric Brunet, il est tout à fait normal que dans un parti politique il y ait des tendances auprès des députés. Mais de là à créer une sous-famille pour renverser le parti, c'est incongru. Il n'y a que dans les partis politiques français qu'on tolère ce genre de laisser-aller rajoute-t-il. Pour Laurent Neumann, mettre à la porte les frondeurs serait une bêtise de plus à mettre à son palmarès. Ces députés seront considérés comme des martyres. - Bourdin Direct, du vendredi 13 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Argent/Bourse
Le gouvernent n'a donc pas été renversé ce jeudi et le projet de loi Travail est considéré comme adopté en première lecture à l'Assemblée nationale. La motion de censure de la droite, déposée cet après-midi, a été rejetée. Elle a recueilli 246 voix au lieu des 288 requises. Évidemment, il y avait assez peu de surprise. En revanche, la riposte au 49-3 s'organise-t-elle dans la rue et dans certaines entreprises ? - Avec: François Miquet-Marty, président de Viavoice. Stephanie Lecocq-Matteudi, directrice des études à l'Institut supérieur du travail. Et Franck Morel, avocat, cabinet Barthélemy, co-auteur d'un autre droit du travail possible. - Les Décodeurs de l'éco, du jeudi 12 mai 2016, présenté par Fabrice Lundy, sur BFM Business.
Politique
On savait François Hollande hostile au passage en force législatif avant son élection. Mais en 2008, le Premier ministre demandait carrément la suppression de l’article 49-3.
Vidéos Argent/Bourse
Nathalie Kosciusko-Morizet, députée LR de l'Essonne et candidate à la primaire de la droite en vue de la présidentielle de 2017 était l'invitée de 12h l'Heure H, du jeudi 12 mai 2016. - 12h l'heure H, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Pour Luc Carvounas, sénateur PS invité des Grandes Gueules mercredi, le gouvernement n'a pas eu d'autre choix que d'utiliser le 49-3 pour faire adopter la loi Travail.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Jacques Généreux, professeur à l'IEP. Ludovic Subran, chef économiste d'Euler Hermès. Et Laurent Vronski, directeur général d'Ervor et vice-président de Croissance Plus. - Les Experts, du mercredi 11 mai 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos à la une
André Chassaigne, chef de file des députés Front de Gauche à l'Assemblée, voudrait réunir 58 députés pour déposer une motion de censure "de gauche" avec des écologistes et socialistes frondeurs. Une décision collective devrait être prise ce mercredi. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Jacques Généreux, professeur à l'IEP. Ludovic Subran, chef économiste d'Euler Hermès. Et Laurent Vronski, directeur général d'Ervor et vice-président de Croissance Plus. - Les Experts, du mercredi 11 mai 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Politique
Alors que le Premier ministre a dégainé mardi le fameux article pour un passage en force sur la loi Travail, des motions de censure sont en train de voir le jour pour faire tomber le gouvernement.
Vidéos à la une
Afin de faire adopter la loi Travail à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a décidé de recourir au 49-3. Dans la Constitution, cet article est en quelque sorte une forme de chantage pour faire plier une majorité récalcitrante. Dans le cas présent, c'est la démonstration ultime de l'extraordinaire affaiblissement de l'exécutif. Avec cette tentative, le Premier ministre veut se montrer autoritaire. Mais en réalité, c'est une forme de manoeuvre pour masquer le fait que le président de la République est minoritaire. - Bourdin Direct, du mercredi 11 mai 2016, sur RMC
Vidéos à la une
Pour faire adopter la très contestée loi Travail à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a décidé de recourir au 49-3. Utilisé assez souvent par la gauche sous la Ve République, s'agit-il d'un acte de faiblesse ou de fermeté ? D'après Apolline de Malherbe, cette arme constitutionnelle est paradoxale. Si l'opposition la considère comme une faiblesse, l'exécutif estime que c'est un acte de fermeté. Le recours au 49-3 montre que le gouvernement n'est pas majoritaire, mais il reste un outil à la fois efficace, démocratique et légal. - Bourdin Direct, du mercredi 11 mai 2016, sur RMC.

Pages

Publicité